Vidéos et témoignages

Témoignage : Joseph Munn

Joseph est âgé de 18 ans, il est en 12e année et il a obtenu récemment un diagnostic de TSAF. C’est un jeune homme fabuleux et talentueux qui a de nombreux centres d’intérêt. Il est amical, drôle, serviable, gentil, charitable, athlétique et bon en musique. Depuis tout jeune, il aime beaucoup bouger et être dehors sur son vélo ou grimper aux arbres. 

Joseph a passé plusieurs années dans les louveteaux, les scouts et les cadets de l’armée. Les programmes étaient très structurés et ils étaient fondés sur la constance, le travail d’équipe, les compétences de vie et les aptitudes de survie et, grâce à sa participation à ces programmes, Joseph a grandi et il s’est épanoui. Malheureusement, les programmes ont changé à mesure qu’il vieillissait. Les attentes ont changé. Il fallait plus d’initiative personnelle, plus d’auto-détermination et plus d’autonomie et les chefs de file ont commencé à prendre du recul. 

Pour une personne atteinte du TSAF, il est difficile d’être motivée et autonome, de prendre part à quelque chose sans aide, de faire preuve de constance, d’être responsable et d’avoir une estime de soi positive. Nous n’étions pas conscients, son père et moi, de l’ampleur des problèmes puisque Joseph était un enfant heureux et drôle. Il se débrouillait assez bien à l’école et il avait une petite amie et des amis qui l’appréciaient. Néanmoins, avec le temps, nous avons commencé à remarquer des changements. Son intérêt a commencé à diminuer et l’intimidation à son égard est devenue chose courante. Il ne voulait pas participer à ses programmes, il a perdu sa petite amie, et le personnel de l’école a communiqué avec nous parce qu’il était inquiet pour sa sécurité.

Joseph, comme de nombreux enfants et jeunes adultes, est devenu déprimé et il ne comprenait pas.  Son degré d’anxiété a augmenté et sa sécurité était à risque parce qu’il est devenu suicidaire. Nous avons alors, mon mari et moi, réagi rapidement pour mettre en place un système pour le soutenir le mieux possible.

Nous l’avons inscrit à des séances d’équitation et à des séances de pole sport. Ces sports sont très différents, mais ils ont eu des objectifs très importants. L’équitation avait comme objectif de l’aider à comprendre comment ses émotions et ses comportements ont une influence; les chevaux sont très sensibles à leur cavalier. La confiance est la clé pour amener son cheval à compter sur soi pour le garder en sécurité pendant une balade. De son côté, le pole sport exige aussi de la confiance et il a permis à Joseph d’être actif physiquement de nouveau.

Joseph est devenu passionné par le pole sport et le pole art après une invitation d’Ashley Wiggins, entraîneuse du studio Brass Monkey Aerial et formatrice principale internationale autorisée de la POSA, à un camp d’entraînement d’été de la CPSAF (Canadian Pole Sports and Arts Federation). Il a accepté l’invitation et il ne l’a jamais regretté. Il a rencontré des personnes incroyables qui l’ont apprécié et accepté. Elles l’ont complimenté pour son talent naturel, mais elles ont aussi souligné l’importance de la sécurité et d’un entraînement adéquat.

Après le camp d’entraînement, Joseph a été encouragé à participer à d’autres cours (offerts par d’autres entraîneurs autorisés de la CPSAF), à des fêtes de fin d’année et à des activités de collecte de fonds. Il a aussi eu la chance de participer à la compétition nationale de la CPSAF, à Fredericton, qui a accueilli des participants de partout au Canada et d’ailleurs cherchant à se qualifier pour le championnat mondial de la POSA. La présidente de la CPSAF et entraîneuse, Ashley Wiggins, et l’entraîneuse de la CPSAF, Nhu Trieu, ressentaient que Joseph avait du potentiel… qu’avec de la discipline, de la détermination et une volonté d’être coaché, il pourrait compétitionner et se qualifier pour le championnat mondial du pole art de la POSA, à Fredericton, les 5 et 6 juin 2020. Joseph a accepté le défi! Après quatre mois d’entraînement seulement, trois ou quatre jours par semaine, deux ou trois heures par jour, Joseph a livré une excellente performance à la compétition nationale. Il a obtenu la médaille de bronze, lui garantissant une place au championnat mondial!  Le championnat accueillera plus de 300 athlètes issus de plus de 30 pays.

Le degré de confiance, de maturité et de responsabilité que Joseph a développé est fantastique. Il est apprécié et encouragé par tous les membres de son studio, le studio Brass Monkey Aerial. Il a été applaudi par les autres compétiteurs et louangé pour sa gentillesse, son esprit sportif et ses encouragements. Son estime de soi a considérablement augmenté. Ce nouveau système de soutien et cette confiance améliorée ont eu des effets positifs sur ses compétences de vie et sur son éducation. Joseph gère ses propres travaux scolaires avec une certaine aide, il a récemment obtenu son permis d’apprenti conducteur et il devrait obtenir son diplôme en juin de cette année.

 

Tournée-vidéo du Centre d’excellence TSAF du N.-B.

 

Le Centre d’excellence TSAF du N.-B. – Étape par étape

 

Vous n’êtes pas seuls. Nous pouvons aider! [information et témoignage]

Accéder aux services pour adresser le trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale (TSAF) peut parfois être difficile et inquiétant.

Ce vidéo fut créé pour vous donner un aperçu de notre approche holistique aux soins de santé et pour vous aider à prendre la meilleure décision éclairée pour vous, votre enfant et votre famille.

Le Centre d’excellence TSAF du N.-B. est très fière d’offrir un environnement sécuritaire, chaleureux, attentionné et empathique à tous ses clients familles.

Nous avons travaillé très fort pour créer un espace sûr et compatissant permettant aux individus et aux familles de partager leurs histoires et expériences uniques afin de les aider à progresser vers un espace d’espoir et de guérison.

Vous n’êtes pas seuls. Nous pouvons aider!

 

Capteur de rêve [Information et témoignage]

Le modèle de prestation de services TSAF « Capteur de rêve » place l’enfant et sa famille au centre du processus de guérison.

 

Choisir l’espoir, une histoire de famille