Services offerts

Le Centre d’excellence TSAF du N.-B offre des services de prévention, d’établissement de diagnostic, d’intervention et de soutien. Le centre prête une grande attention aux besoins de la mère et à ses traumatismes, ainsi qu’aux traumatismes antérieurs des individus atteints du TSAF et de la famille.

Prévention

Le TSAF peut être prévenu.

Pour prévenir le TSAF, une femme ne doit pas consommer d’alcool si elle est enceinte ou si elle peut le devenir. Pour obtenir plus d’information concernant l’alcool et la grossesse, consulter la section « Grossesse et alcool ».

Le Centre :

  • diffuse de l’information et offre des séances de formation et de sensibilisation dans le but de développer une communauté exempte de TSAF;
  • distribue de la documentation;
  • offre des consultations téléphoniques ou en personne aux femmes enceintes qui ont une dépendance. Selon les besoins, le centre met les femmes en contact avec les services de santé mentale, les Services de traitement des dépendances et les autres ressources communautaires.

Diagnostic

Il est recommandé d’évaluer l’enfant le plus tôt possible pour :

  • déterminer quels sont ses besoins;
  • réduire les répercussions du TSAF sur son développement;
  • éviter les problèmes secondaires :
    • diminution d’estime de soi;
    • dépression, anxiété;
    • échecs scolaires;
    • problèmes de drogues et d’alcool;
    • problèmes avec la justice;
    • comportement sexuel inapproprié.

Le diagnostic de TSAF doit être fait par une équipe multidisciplinaire spécialisée. Il comporte une évaluation physique, une évaluation du langage, une évaluation des habiletés motrices, ainsi qu’une évaluation du développement du cerveau et du système nerveux de l’enfant.

Évaluation initiale

L’évaluation initiale permet de déterminer si le comportement de l’enfant et ses difficultés d’apprentissage peuvent être liés à l’alcool.

La première étape est de confirmer si la mère a pris de l’alcool ou d’autres substances pendant sa grossesse qui auraient pu affecter le fœtus.

Le tabac, les radiations (rayons X), le mercure, certains produits chimiques, les drogues illégales et même certains médicaments prescrits (ex. : antidépresseurs) peuvent nuire au développement du fœtus et multiplier l’effet de l’alcool.

Si l’enfant ou l’adolescent satisfait aux critères d’admission, il est adressé pour une évaluation diagnostique.

Critères d’admission pour une évaluation diagnostique

  • Résident permanent inscrit à l’Assurancemaladie du NouveauBrunswick
  • Âge : 0 à 18 ans
  • Consommation d’alcool pendant la grossesse (confirmée ou soupçonnée)
  • Consentement du parent ou du tuteur légal
  • Troubles de développement et de comportement

Lorsque le centre reçoit une demande, un coordonnateur communautaire ou un agent de liaison auprès des Premières Nations entre en contact de façon confidentielle avec les parents ou le tuteur légal de l’enfant ou de l’adolescent. Ils offrent :

  • de l’aide pour remplir les formulaires administratifs;
  • du soutien à la famille pendant l’évaluation;
  • du soutien à la famille après le diagnostic.

L’évaluation initiale est faite en consultation avec : 

  • la garderie ou l’école de l’enfant;
  • les services de santé mentale, judiciaires et sociaux (au besoin).

Si la première évaluation est positive, l’enfant est envoyé au Centre hospitalier universitaire Dr Georges L. Dumont, à Moncton, pour y subir une évaluation diagnostique.

Évaluation diagnostique à Moncton

L’évaluation diagnostique dure quatre jours. L’évaluation est faite au Centre hospitalier universitaire Dr Georges L. Dumont par une équipe spécialisée qui est formée :

  • d’un pédiatre;
  • d’un ergothérapeute et d’un orthophoniste;
  • d’un psychologue.

Au cours des trois premiers jours, l’enfant rencontre le psychologue, l’ergothérapeute et l’orthophoniste.

Durant l’avant-midi du quatrième jour, la pédiatre rencontre l’enfant et sa famille. Par la suite, l’équipe multidisciplinaire se réunit pour discuter des résultats de l’évaluation de l’enfant. Les personnes qui entourent et qui prennent soin de l’enfant sont invitées à participer à cette rencontre. Par la suite, l’équipe multidisciplinaire :

  • pose un diagnostic exact et complet;
  • fait des recommandations selon les besoins de l’enfant;
  • prépare le rapport préliminaire qui sera remis à la famille en aprèsmidi, lors de la rencontre.

Les invités peuvent comprendre :

  • le directeur d’école, les enseignants, le conseiller en orientation;
  • des interprètes culturels;
  • un conseiller en toxicomanie;
  • des travailleurs sociaux;
  • du personnel des services de santé mentale, des services correctionnels, etc.

Une rencontre avec la famille ou le tuteur légal a lieu durant l’après-midi de la quatrième journée. La famille ou le tuteur légal reçoit, le jour même, le diagnostic, un rapport préliminaire et des recommandations.

Après le diagnostic :

  • si le TSAF est confirmé chez l’enfant, les personnes qui en prennent soin et le personnel de son école (ainsi que les autres professionnels impliqués dans la vie de l’enfant et de sa famille) sont invités à recevoir une formation sur le TSAF. Le TSAF est un dommage permanent au cerveau. La formation aide à comprendre le TSAF et comment mieux aider l’enfant. Elle aide aussi les parents ou le tuteur à prévoir et à établir le soutien dont l’enfant aura besoin dans sa vie.

L’évaluation sert à trouver les meilleures façons d’aider les enfants atteints du TSAF dans leur vie de tous les jours.

Intervention et soutien

Les coordonnateurs communautaires régionaux et l’agent de liaison auprès des Premières Nations :

  • travaillent en collaboration avec la famille et la collectivité afin de trouver les ressources recommandées lors du diagnostic;
  • informent la famille et la collectivité des ressources communautaires disponibles;
  • regroupent les professionnels de la santé qui travaillent à sensibiliser leurs confrères et la population au TSAF et à ses conséquences;
  • aident la personne atteinte du TSAF, sa famille et ses fournisseurs de services avant et après le diagnostic;
  • offrent de la formation à l’employeur pour l’aider à mieux comprendre son employé atteint du TSAF, ainsi qu’au personnel des écoles, des collèges et des universités;
  • offrent des services de soutien et d’intervention à l’enfant ou à l’adulte atteint du TSAF.

Qui peut recevoir les services du centre?

  • La famille d’un enfant âgé entre 0 et 18 ans qui a été exposé à l’alcool ou à d’autres substances durant la grossesse et les professionnels qui la soutiennent
  • Un adulte qui a reçu un diagnostic de TSAF et ceux qui le soutiennent

Qui peut demander les services du centre?

  • Un professionnel de la santé ou un membre de la famille d’un enfant
  • La famille d’un adulte qui a reçu un diagnostic de TSAF ou une personne qui en prend soin

Comment demander des services au centre

Téléphone : 506-862-3783

Envoyer un message ou demander de l’information

Demander une consultation

Demander du soutien pour un enfant ou un adulte qui a déjà reçu un diagnostic de TSAF